• Kiss Me At The Stroke Of Midnight 

    Japon | Film | 2019

     

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of Midnight

    Si vous deviez décrire ce drama en un mot, quel serait-il et pourquoi ?

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightInintéressant. Je vais peut-être paraître rude, mais ce film ne renouvelle en rien le genre. Nous avons comme à son habitude, un héros, beau, grand et riche et une héroïne mineure, naïve, stupide et très docile.  Les clichés sont tous au rendez-vous (ah non, excusez-moi il manque les feux d'artifice) : parc d'attractions, cinéma, romance digne d'un conte de fée. Bref, il serait temps d'arrêter de romancer une lycéenne de 16 ans avec un homme de 24, ça devient gênant à force...
    - Maamotto

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightDouce Romance. Ok ça fait deux mots, sorry, un mot pour moi c'est toujours très difficile. J'ai beaucoup aimé cette petite romance qui se regarde tranquillement sans qu'on voit passer le temps et sans avoir à se poser trop de question.
    Yumiko
     

     

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of Midnight

    Si vous deviez n'en retenir qu'un, quel serait le moment que vous avez préféré ?

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightLa réponse coule de source pour ma part, comme je n'ai pas aimé grand-chose à ce film, je choisis sans hésitation la pub pour coca-cola. C'est super bien filmé, les acteurs ont un jeu naturel et puis la musique typique à l'univers coca, j'adooore ❤. Dommage que le film n'ait pas été dans cette lignée... D'ailleurs, si vous voulez voir ce passage, il se trouve ici !
    - Maamotto


     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightJe suis moins catégorique, j'ai suivi cette petite histoire juste dans la douceur de l'instant. Leur histoire d'amour est douce mais rien n'est approfondi. Pas de grand moment de bonheur en soit, mais pas trop lent non plus.
    Yumiko

     

      

    Impressions : Kiss Me At The Stroke Of Midnight

    C'est quoi l'histoire ? Elle, c’est Hinana : une lycéenne sérieuse qui rêve secrètement de vivre une histoire d’amour digne d’un conte de fées. Lui, c’est Kaede : un irrésistible acteur, un peu frivole et aux yeux baladeurs quand il croise de jolies filles. Lors d’un tournage dans le lycée de Hinana, tous deux vont se croiser, se déconcerter puis se chercher… C’est le début d’une romance loin des attentes de cette Cendrillon des temps modernes !

    Le petit mot de la fin ?

    Je conseille ce film aux amoureux du genre, qui n'ont pas peur des clichés et qui aiment les romances sans prise de tête quitte à un avoir très, très peu de dialogues, ou alors des conversations creuses, où les sentiments ne sont pas forcément approfondis. D'ailleurs, c'est un des problèmes de ce film. Ils tombent trop rapidement amoureux, alors qu'ils ne partagent pas de nombreux moments ensemble.  
    - Maamotto

    De mon côté, je conseille aussi ce film aux amateurs du genre. En réalité, je trouve que c'est l'une des plus belles adaptions live actions que j'ai vue, malgré tout. En le prenant en vue d'ensemble, j'ai beaucoup aimé. Contrairement à d'autres, l'héroïne n'est pas si cruche qu'elle l'est souvent dans les adaptations mangas. Elle est juste, jeune donc pas très mûre et  pas forcément prête pour une histoire d'amour, surtout avec un adulte. Et puis, une chose importante pour moi, la fin... [Spoil] est assez belle, même si, pour moi, c'est un peu bâclé... une conclusion d'une ligne est un peu dommage [/Spoil]  
    - Yumiko

    Où le voir ?
    La fiche

     

       

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of Midnight

    Quel est votre personnage chouchou et a contrario, celui qui vous a tapés sur le système ?

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightQuestion très difficile sachant que je n'ai pas aimé le film ni ses personnages. Vous comprenez donc que je n'ai pas réussi à trouver un personnage chouchou, quoique la mère de notre héroïne n'était pas si mal que cela, elle rappelle les mamans occidentales. Néanmoins, il m'est plus facile de désigner la personne qui m'a tapée sur le système. C'était clairement l'héroïne, de part son manque de maturité, elle n'est clairement pas prête pour une relation. On a l'impression de voir une enfant, en même temps c'est normal, elle n'a que 16 ans. Je pense que les japonais sont incurables avec cela et malheureusement leur vision de la femme est, pour ma part, trop archaïque. Ce qui est un comble sachant que nous sommes au XXIème siècle, une période où la notion d'égalité entre les hommes et les femmes n'a jamais autant été au coeur des discussions.
    Maamotto

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightPour une fois je trouve l'héroïne plutôt mignonne, elle est un peu naïve certes, mais pas non plus tant que ça. Et puis, il n'y a pas de lenteur ou de moment où elle fait bébé. Juste surprise. Notre acteur est mignon et il n'y a pas vraiment de personnage qui m'a tapé sur les nerfs. Le groupe d'ami qui revient, c'est sympa, d'autant que je n'ai pas encore lu cette partie dans le manga... Même la rivale de notre héroïne est assez soft et son meilleurs ami, amoureux d'elle n'est pas trop envahissant ! L'ensemble des personnages est plutôt agréable.
    Yumiko

     

     

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of Midnight

    Quel est pour vous, les points forts et les points faibles de ce film ?

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of MidnightSes points forts sont clairement sa bande-son qui ne contient que des musiques anglophones à consonance un peu rock, c'est un vrai petit plaisir pour les oreilles, mais également sa réalisation avec de douces couleurs.  Pour les points faibles, eh bien, c'est le scénario. Il est assez dérangeant. Ne pouvaient-ils pas mettre deux personnages principaux tous deux mineurs ? Avoir une héroïne au caractère bien trempé ? Oublier ne serait-ce qu'une minute les clichés ? Avoir un jeu d'acteur naturel avec une romance approfondie et une rupture vraiment déchirante comme dans la pub coca ?
    - Maamotto 

     Impressions : Kiss Me At The Stroke Of Midnight De mon coté bien aimé. Le manga est dans dans son ensemble assez bien suivi, mais, oui il y a un mais... à vrai dire, comme tu dis Maamotto, nous revoilà dans une romance avec une grande différence d'âge, et ce qui peut choquer. Ce qui est un peu dommage du coup, c'est que, du fait qu'elle soit mineur,  l'adaptation a zappé pas mal de partie (toutes les parties sexy en gros) qui rendrait le film peut-être un peu choquant... mais c'est le manga... et pourquoi choisir d'adapter un manga si on zappe le plus intéressant de leur relation... on l'adapte ou pas !
    - Yumiko

     

     

    Avez-vous vu ce film ? Qu'en avez-vous pensé ?


    7 commentaires
  •  

     

    Hot Gimmick: Girl Meets Boy

     Japon | 2019 | Romance - Jeunesse - Drame | Film | Netflix

     

     Hatsumi Narita mène une vie ordinaire, loin des soucis jusqu’à ce que son voisin Rioky Tachibana découvre un secret compromettant qui pourrait nuire à toute sa famille. Celui-ci est, en effet, le fils du patron de l’entreprise où travaille le père de la jeune fille. Pour éviter les ennuis, elle se voit obligée d'accepter son chantage. Mais, c'est sans compter sur le retour de son ami d’enfance Odagiri Azusa, devenu mannequin à succès. Malheureusement, celle-ci ne se doute pas le moins du monde de la raison de ce retour inopiné... Voilà là, un synopsis assez commun dans le monde des live-action (car oui encore une fois, il s'agit de l'adaptation d'un manga du même nom), mais détrompez-vous. Certes, l'héroïne est encore une fois naïve et tous les garçons gravitent autour d'elle malgré son "apparente banalité". Cependant, l'histoire n'a rien de gaie et l'ambiance est à la fois indescriptible tout en étant malsaine. Et c'est grâce à cela que Hot Gimmick: Girl Meets Boy tire son épingle du jeu...  Côté réalisation, c'est quitte ou double. Autant j'ai apprécié les scènes très colorées, autant j'ai détesté la façon de filmer comme si on était sur téléphone et l'accumulation de photos. Cela peut facilement donner la migraine. Maamotto.

    Hot Gimmick: Girl Meets Boy

     

      Effectivement un synopsis assez commun comme tu le dis... pourtant il nous plonge très plus vite dans le vif du sujet avec cette jeune Narita qui est assez naive et qui ne sait pas vraiment ce qu'elle veut. J'aime la façon dont on nous présente les protagonistes au départ. Le tournage, on le sent a quelque chose d'unique, superposition de video et photo... un peu spécial. Et puis ces gros plans qui donne une ambiance qui m'a parue un peu glauque, sur ce fond de berceuse d'enfant (tout au long du film).
      Narita ne se connait pas bien et va subir l'affection, souvent mal placée de trois garçons qui l'entourent et veulent qu'elle leur appartienne. Tout de suite on entre dans le vif du sujet et c'est un peu brutal comme façon d'amener l'histoire. On sent qu'ils ont sauté quelques passages du manga, même si on l'a pas lu.
      

    Yumiko

     

     Que dire des personnages ? L'héroïne est comme d'habitude naïve, innocente et ne voit le mal en personne. En même temps qui pourrait se méfier de [début spoil] ami d'enfance mais bon... de là à se mettre nue aussi rapidement, en plus via téléphone, faut vraiment être dupe pour ne pas se rendre compte des risques ! [fin spoil] ! On espère la voir changer au fil des épisodes, changement qui arrivera d'après les dialogues que l'on peut lire. Pour ma part, je ne les ai pas remarqués. En effet, elle passe soi-disant d'une jeune fille innocente, à une coquille vide pour enfin terminer en une jeune femme qui ne rêve que d'indépendance et de reprendre le contrôle de son corps. Malheureusement, je n'ai ressenti aucune force de caractère (j'ai juste vue une lycéenne molle et docile), j'aurais aimé la voir se rebeller davantage face à toutes les crasses qu'elle a subies. On aurait d'ailleurs dit que cela ne l'avait pas plus marquée que ça. Pour les garçons, l'analyse est bien plus difficile. Chacun de ses prétendants à son charme et leur caractère est bien dissociable, néanmoins ils se rejoignent sur un point : ils sont tous un peu dérangés du ciboulot. Pour ma part, si je devais en choisir un parmi cette bande d'antisociaux, je choisirai sans aucun doute Rioky Tachibana qui au final était le plus sain et sûrement pas le frère que j'ai trouvé encore pire que le reste ! 

    Maamotto.

     

    De mon côté, je trouve qu'on voit bien que Narita ne se connait clairement pas encore. Elle est jeune, elle se cherche et par la même, elle cherche quelle genre de personne elle va aimer. Contrairement à sa soeur, plus jeune qui est elle moins mature, elle voudrait croire que son premier amour est le bon et donc ne se précipite pas avec d'autres garçons comme bon lui semble.  Mais elle est prise en "otage" par ce voisin qui détient une information sur elle, Ryoki, et qui prend cette "excuse" pour faire d'elle son "esclave" avant de vouloir la transformer en "apprentis-petite amie". 

    Sa relation avec son frère n'est pas des plus brillantes non plus et comme elle est innocente, elle ne se rend pas bien compte tout de suite de ce qu'elle est en réalité. Je la trouve même assez provocante envers lui... un peu bizarre. Sans compter celle avec son ami d'enfance...  


    Les trois garçons sont clairement louches au départ... après je dirai aussi que la manageur de Azusa, Rina, l'est tout autant, voir plus... elle tient un dialogue décousu et ou l'on se demande ou elle peut bien vouloir en venir avec ses propos contradictoires, elle dit un truc, la phrase d'après laisse entendre son contraire, puis revient avec une idée contradictoire juste à la suite. Euh, What ?! (je me suis même demandée si ce n'était pas une mauvaise traduction). Bref pas clair. Au final, l'un des trois n'est pas si mal que ça, il tâtonne juste pour exprimer ses sentiments et quand il réussit finalement à le faire, c'est assez joli et tendre.. même si la façon dont c'est tourné à l'écran est un eu atypique.

     Yumiko

     

    En résumé, Yuki Yamato nous dévoile dans son film, une jeunesse dépravée où la drogue coule à flot et la sexualité omniprésente débute très tôt sans pour autant se vouloir moralisateur comme l'a si bien dit Yumiko ! Les japonais (voire les asiatiques en général) ont également une éducation sexuelle que l'on pourrait considérer d'inexistante, puisque pour eux, le préservatif a seulement pour but d'éviter de se taper un mouflet sur les bras ! Et elles sont où les MST ? C'est avant tout pour ça que ça existe ! Pour les bébés, c'est la pilule ou le DIU les gars... Bref, je vous le recommande quand même car il change de tout ce que l'on peut voir habituellement, j'aurais adoré le voir en drama pour comprendre davantage certain personnage dans la petite soeur de notre héroïne. 

    Maamotto.

     

    En conclusion, l'apprentissage de la vie et du passage de l'adolescence à l'âge adulte est parfois difficile et ce film nous montre les pièges auxquels les jeunes peuvent être confrontés (les garçons ne prenant les filles que pour de la chaire fraiche qu'ils peuvent consommer sans modération, tout comme leur drogue et alcool, et sans se préoccuper des sentiments de celles-ci, qui elles, sont plus dans une recherche sincère, pour la plupart).  Ce film est pourtant loin d'être moralisateur, il expose les risques (le début est quand même un peu dur, une fille qui vit ça aura du mal à s'en remettre et cet aspect n'est à mon sens pas assez développé, ça peut quelque fois tourner bien plus mal).
       J'ai beaucoup plus apprécié la seconde partie que la première. Cette dernière étant plus développée et plus dans l'expression orale plus que dans l'actions
     qui était avant tournée de façon assez brutale [Spoil] et ne fini pas si mal au final [Fin Spoil].  Ce film qui m'est pas sans me rappeler... Koizora (sans l'histoire de maladie qui était assez triste). 

    Hot Gimmick: Girl Meets Boy

     


    3 commentaires
  • 미스트리스

     

    MISTRESS

     Corée | 2018 | Romance, Thriller, Amitié, Drame, Mystère | 12 épisodes

     

    Coucou les z'amis. Je vous retrouve aujourd'hui pour faire la critique d'un drama qui date un peu. Je nomme..... MISTRESS !

    Oui, oui, je sais, il est sorti il y a deux ans maintenant, mais j'avais besoin de voir une série entièrement traduite, sans devoir attendre une semaine pour visionner la suite. 

    Je suis certaine que vous êtes nombreux à déjà avoir visionné cette perle d'OCN, mais pour celles et ceux qui souhaiteraient le découvrir, voici un bref résumé : Se Yeon s'occupe seule de sa fille depuis que son mari a disparu en mer deux ans plus tôt. Sa vie bascule lorsqu'elle reçoit un appel anonyme qui passe la chanson préférée de son défunt époux. Convaincue que son mari est toujours en vie, elle en fait part à ses trois amies de longue date. Bien que chacune d'entre elles ait déjà son lot de problèmes à régler (mort suspecte, adultère, filature...), ces dernières vont se rendre compte que leurs histoires sont liées entre elles.


    Jang Se Yeon (Han Ga In) est une jeune veuve et maman d'une petite fille. Elle se donne du mal pour élever son enfant convenablement mais sait qu'elle peut compter sur le soutien de ses amies. Elle commence à recevoir d'étranges appels qui lui font penser que son mari n'est pas réellement mort. C'est une femme forte, prête à tout pour son enfant. Mais bizarrement, c'est l'un des personnages que j'ai le moins apprécié, n'arrivant pas toujours à la comprendre, ni à me mettre à sa place.

    Kim Eun Soo (Shin Hyun Bin) est une très bonne psychiatre et celle qui est la plus à l'écoute de ses amies. Néanmoins, elle cache un lourd secret qui la pèse. Celui-ci est sur le point d'exploser lorsqu'elle se retrouve en charge d'un nouveau patient qui est prêt à tout pour déterrer la vérité. C'est certainement mon personnage préféré et celle dont je me suis sentie la plus proche. J'ai adoré son alchimie avec Jung Ga Ram qui est d'ailleurs très bon dans son rôle, complètement différent de celui de Love Alarm
     

    [Pour plus d'info: la fiche du drama est disponible ici.]
     

     

    Han Jung Won (Choi Hee Seo) est professeur dans un lycée et l'épouse d'un chef célèbre qui ne pense qu'à passer à la télévision. Tous deux rencontrent des difficultés pour avoir un enfant. Celle-ci n'a pas l'air d'ailleurs très enchantée à l'idée d'en avoir un. Du point de vue du spectateur, elle semble être seulement une machine à féconder pour son époux. C'est une jeune femme anxieuse, craintive, un peu lunatique et impulsive, mais elle n'en reste pas moins attachante. J'ai adoré sa relation avec son collègue et suis quelque peu déçue de son aboutissement, surtout quand on voit comment cela se termine pour eux dans la version originale de la BBC. J'espère que comme dans la version originale le père du bébé est le... prof (spoil) mais ça on ne le saura jamais.

    Do Hwa Young (Goo Jae Yee) travaille pour un cabinet d'avocats spécialisé en divorce. Sa vie se complique lorsque la femme de son ex débarque sur son lieu de travail. Do Hwa Young se retrouve alors à devoir le prendre en filature et prouver son infidélité ! C'est une trentenaire plutôt instable, dans le sens où elle ne veut pas se caser et enchaîne les aventures d'un soir. Elle semble redouter la vie de famille et la routine. Elle est rigolote et nous dévoile une image de la femme coréenne libre et épanouie à sa façon.

    Mistress est clairement un bon drama bien que tout était fait pour qu'il y est une 2nd saison qui ne verra jamais le jour (bah oui, ça fait 2 ans tout de même..). J'ai aimé la force de caractère et l'indépendance (plus ou moins succincte) de ces quatre femmes ainsi que son esthétique. Le pilote était une vraie réussite et on avait tout de suite, envie de visionner le 2 ce qui est très rare. Certes, c'est un remake mais il y a de grandes disparités avec la série mère et c'est un gros plus. En effet, si on peut le comparer avec un drama qui fait un carton en ce moment sur la chaîne JTBC : The world of the married, je dois dire que malgré son taux d'audience impressionnant, il n'a rien à envier à Mistress ! Quand, l'un n'est qu'une pale copie de la version originale (d'ailleurs plutôt que de le regarder, voyez la version de la BBC, c'est exactement pareil sauf que c'est sorti il y a 5 ans, donc rien de révolutionnaire sous le chapiteau !) alors que l'autre à su se démarquer par son originalité et sa prise de liberté. Bref, lancez-vous.

      Maamotto

     

    Vous avez vu ce drama ? Vous l'avez aimé ?


    9 commentaires
  • 초콜릿

    Chronique - Chocolate

    Chocolate

     Corée | 2020 | Romance - Drame | 16 épisodes

     

     Enfant, Lee Kang (Yoon Kye Sang) aidait sa mère à tenir un petit restaurant en bord de mer, et rêvait de devenir cuisinier. Un jour, il fait la connaissance de Moon Cha Yeong (Ha Ji Won), venue en vacances avec sa famille. La voyant affamé, il cuisine spécialement pour elle, et lui propose de revenir quand elle veut. Mais quand elle revient, il n'est plus là.  

    Des années plus tard, Lee Kang est devenu neurochirurgien. Il est au centre des mêlées familiale pour savoir qui sera le meilleurs choix de succession de l'hôpital familiale, entre lui et son cousin Jun (Jang Seung Joo).

     Moon Cha Young, elle, est devenue cuisinière, en partie inspirée par la cuisine de Lee Kang. Pour elle, il est son premier amour. Au premier regard, elle en est à nouveau amoureuse, mais lui ne la reconnait pas. La vie leur joue des tours et c'est le meilleurs ami de Lee Kang, Kwon Min Seong (Yoo Teo) qui tombe amoureux fou de Cha Young. Quand elle se rend compte qu'elle sort avec son meilleur ami, il est trop tard pour reculer... 

    Que leur réserve la vie ? Pourra-t-elle un jour envisager d'avouer ses sentiments à celui qu'elle aime depuis toujours, sans blesser celui qui l'aime elle ?

    Chronique - Chocolate

     Ce drama ne ressemble vraiment à aucun autre que j’ai pu voir jusque là. J’ai lu pleins de commentaires qui m’ont donné envie de le voir et puis d'autres qui étaient bien moins positifs. Je suis arrivée à l’épisode 7 et je me suis dit  « encore un comme ça et j’arrête » ! J'avoue, je suis passée par toutes les émotions avec ce drama. En fait, j’ai choisi finalement d’aller voir pourquoi les commentaires étaient si différents et tranchées les uns des autres et je ne suis finalement pas déçue.

    Chronique - Chocolate

    Cha Yeong, est une fille battante. Elle a beaucoup souffert de la disparition de sa mère et d'un frère (insupportable) qui n'est là que pour causer des ennuis. Mais elle est aussi quelqu'un qui sait se battre contre tout et tout le monde parce qu'elle est reconnaissante à une femme de l'avoir sauvée. Cet épisode sombre de sa vie, a un impact énorme sur sa personnalité. Elle ne veut pas laisser tomber. L'actrice Ha Ji Won joue très bien ce rôle. Elle n'est jamais larmoyante.. L'histoire est triste mais son personnage est fort.

     

    Chocolate : Lee Kang, Kwon Min Seong, Moon Cha Yeong L’histoire, c’est vrai, à quelque chose de vraiment triste. D'abord, un homme,  Kwon Min Seong,  tombe direct sous le charme Cha Yeong et après avoir hésité longtemps, elle fini par accepté de sortir avec lui, plutôt pour lui faire plaisir... et parce qu'elle se dit que peut être elle pourrait avoir des sentiments pour lui, vu comme il est adorable avec elle. Mais cette histoire, qui est en quelque sorte un pied de nez du destin, va l'éloigner de celui qu'elle aime vraiment depuis l'enfance.

    Chronique - Chocolate

    Lee Kang  ce personnage a été écorché par la vie. Yoon Kye Sang joue vraiment bien ce rôle.  Enfant, il profitait de la vie tranquille qu'il avait avec sa mère, une femme forte, une mère et cuisinière seule. Il fait alors la rencontre de Cha Yeong, a qui il offre un repas. À cause d'un accident, il est cependant propulsé dans la famille de son père. Il devient alors un homme talentueux dans son métier de neurologue mais qui ne s’arrête pas pour regarder autour. Sa famille l’oppresse. Il est constamment en compétition avec son cousin Lee Jun joué par Jang Seung Joo. J'ai vraiment beaucoup aimé ce personnage dans le drama, je trouve que c'est lui qui évolue le plus. Il est manipulé au possible par des parents horribles et fini par se rendre compte de ça. Il est écoeuré et va changer du tout au tout, touché par les gens qui l'entoure et face à la dureté des situations auxquelles il fait face. Vraiment, c'est presque mon personnage préféré...

     Chronique - Chocolate

    En conclusion... si je m'étais écoutée j'aurai arrêté à la moitié, mais finalement, la partie qui aurait pu être la plus triste, celle où nos deux protagonistes arrivent dans la maison de fin de vie, n'est pas la plus dure du drama. Au contraire, j'ai beaucoup aimé cette partie. Évidemment, c'est une maison de repos de fin de vie donc tout n'est pas rose, loin de là, mais il y a beaucoup de beaux sentiments. La cuisinière qui est malade elle aussi m'a beaucoup touchée elle aussi. Un drama, différent, mais beau. Pas de clichés romantiques à l'infini. A voir.

     


    7 commentaires
  • 낭만닥터 김사부 2

     

    DR DROMANTIC 2

     Corée | 2020 | Médicale - Romance | 16 épisodes

     

    Avant toutes choses, je tiens à spécifier que je n'ai vu que l'épisode 1 de la saison 1 avant de lâcher prise. Je ne me rappelle plus, à l'époque, la raison de cet abandon. Etait-ce à cause de l'actrice ou bien tout simplement du scénario ? Je ne pourrais vous dire. Ma mémoire me fait défaut. Bref, c'est donc avec un regard neuf et objectif que je me suis lancée dans cette deuxième saison.

    Mais ça raconte quoi tout ça ? Eh bien, nous comprenons que nous sommes de retour à Doldam, un vieil hôpital un peu insalubre mais quelque peu différent des autres. En effet, une petite équipe attachante y travaille avec à sa tête Bu Yon Ju, un chirurgien de génie, un poil exécrable et surnommé : "Docteur Romantique". De ce que j'ai pu comprendre, cette saison 2, apporte l'arrivée de quatre nouveaux personnages.


    Cha Eun Jae (interprétée par Lee Sung Kyung) est en deuxième année de chirurgie thoracique. Elle est sociable et enjouée. Malheureusement et bien qu'elle soit issue d'une famille de médecin, celle-ci perd tous ses moyens quand elle entre au bloc. Vomissements, nausées... elle passe par toutes les étapes, la pauvre !

    Seo Woo Jin (joué par Ahn Hyo Seop) est dans la même promotion qu'Eun Jae, néanmoins il a opté pour la chirurgie générale. Celui-ci est à l'opposé de Cha Eun Jae, il est froid, sûr de lui lorsqu'il entre au bloc et très franc. Mais sous ces traits, se cache un jeune garçon meurtri par la mort tragique de sa mère. Eun Jae et lui sont pareils lorsqu'il est question d'amour. Ils sont tous les deux aussi lents que des escargots ! Heureusement qu'il y a eu ce baiser final, sinon on serait restés sur notre faim, et encore notre acteur chouchou a dû boire avant pour trouver le courage de l'embrasser. Euh... What ?
     


     

     

    Bae Moon Jeong (mis en avant par Shin Dong Wook) est spécialisé en chirurgie orthopédique. Il était le "sunbae" de Woo Jin et Eun Jae à la fac. Il a commencé à travailler à l'hôpital Doldam un mois avant l'arrivée de ses juniors et est divorcé. C'est un personnage mature, mystérieux (vous saurez ce qu'il cache dans le 16e épisode) et farfelu mais attention, il ne ferait pas de mal à une mouche !

    Yoon Ah Reum (incarnée par So Ju Yeon) est un médecin urgentiste en 4ème année de médecine et est la cousine de Do In Bum. C'est une jeune femme toujours optimiste et souriante, une vraie crème. Elle a décidé de rejoindre l'hôpital Doldam après avoir vu le professeur Kim venir en aide à des patients du CHU de Geodae. Elle est également la nouvelle petite amie de Park Eun Tak (Kim Min Jae). Certes, ils sont tous les deux très mignons ensemble, mais leur relation reste purement platonique et c'est bien regrettable !

    Si je devais répertorier l'atout majeur de ce drama, il s'agirait sûrement de son cadrage avec ce filtre très doux ! Et pourquoi pas le jeu d'acteur, me direz-vous ? Tout simplement car cela dépend pour qui. Nos protagonistes principaux sont très bons, mais j'ai eu beaucoup de mal avec certains acteurs secondaires (Lee Won Hee, Jang Hyuk Jin et par moment Jin Kyung). Ils ont tendance à surjouer, il y a  trop de cris (mes oreilles saignent encore) et les expressions de leur visage n'ont rien de naturel. On peut donc vite tomber dans le soap opéra. Quoiqu'il en soit, cette série n'a rien à envier à Grey's anatomy et toutes ses compères américaines. Sauf sur un point, la romance ! Elle est très longue à décoller et atrocement prude. Quel dommage ! Par ailleurs et malgré un scénario bien ficelé et  accrocheur (sauf les histoires de la mafia), le téléspectateur peut rapidement se retrouver dans le flou face à certains éléments que seul, le public de la première saison pourra comprendre.

    [Pour plus d'info: la fiche du drama est disponible ici.]

    Maamotto

     

    Vous avez vu ce drama ? Vous l'avez aimé ?


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique